Les news
Un peu d'histoire
Le mot du président
La vie du club
L'agenda
Les sorties explo
Les fêtes
Qui fait quoi
La boutique
La charte du plongeur responsable
Liens
Comment nous trouver ?
 

 

 

Le club

Histoire

 

 

Au début des années 60 la plongée sort à peine de sa période «pionnier» et de sa spécificité militaire pour entrée dans l’ère de la plongée sportive et de loisir. Le film de Cousteau et de Louis Male « le monde du silence » contribue à cet essor.
En 1963 la Spirotechnique rachète un magasin de camping et de chasse sous marine, Au Bon Campeur, rue Pasquier (près de la gare Saint Lazare). Elle le transforme en magasin spécialisé en matériel de chasse et de plongée sous marine, pour commercialiser auprès du grand public son matériel. La Centrale Sous Marine (CSM) vient de naître.
En septembre 1964, le vendeur en chef de ce magasin Monsieur André Leroy, crée dans le 18ème arrondissement de Paris, à la piscine des Amiraux, un club de plongée sous marine affilié au club des loisirs Léo Lagrange du 18ème. Trente années plus tard et après quelques aléas il deviendra Léo Mare.

De cette création jusqu’en 1970 le club est successivement géré par les maisons de la jeunesse et de la culture de Puteaux puis de Suresnes. Léo Lagrange 18ème se contentant de mettre à sa disposition son créneaux de piscine du vendredi soir. Le club est alors composé pour moitié de gens de Suresnes et pour l’autre part de membres venant d’un peu partout et en particulier du 18ème arrondissement. En 1970 la piscine des Raguidelles à Suresnes entre en service, et l’encadrement de Suresnes y obtient un créneau le mardi soir. L’activité sur les Amiraux décline progressivement et il est prévu qu’elle s’arrête définitivement en juin 1970.
Quatre habitants de l’arrondissement refusent cet état de fait et ils décident de continuer l’activité sur le 18ème. Le club du Masque vient de naître.
L’aide de Léo Lagrange 18ème et de la Centrale Sous Marine est acquise à cette nouvelle structure.

Une deuxième période commence alors qui durera jusqu’en 1984.

Les objectifs du club sont les suivants :

  • Enseigner la plongée sous marine à travers une pratique sportive.
  • Faire connaître, aimer, et respecter le milieu marin.
  • Créer du lien social entre tous ses membres, mais aussi avec d’autres associations et les habitants de l’arrondissement.
Le club démarre son activité en septembre 1970 avec sept moniteurs présents (dont les quatre fondateurs) ; deux élèves s’inscrivent et à la deuxième séance un seul revient. En juin 1971 le club compte 25 membres.
Comme il ne possède aucun matériel, c’est La Centrale Sous Marine qui prête dix bouteilles et dix détendeurs qu’il faut aller chercher le vendredi soir, et rapporter le samedi matin. Ainsi va le bénévolat.
Les activités vont se développer. Petit à petit le club du Masque arrive à un régime de croisière de 80 adhérents par saison, des sorties et des stages sont régulièrement organisés à Camaret au centre nautique Léo Lagrange. La piscine et le maître nageur sont payés par Léo Lagrange 18ème ce qui permet d’acheter petit à petit du matériel dont un compresseur portable de 6 m3 heure. La formation est supervisée par Philippe Molle moniteur national et auteur d’ouvrages de théories qui font référence.
En septembre 1976 le club déménage à la piscine Bertrand Dauvin qui vient d’ouvrir ses portes.
En 1984 il possède un parc de matériel important : 28 détendeurs, 32 bouteilles, 3 bateaux pneumatiques, une mallette d’oxygénothérapie, du matériel de photographie et de film sous marin. Mais des dissensions graves et profondes entre les membres provoquent une scission. La section plongée Léo Lagrange 18ème change de nom et de logo pour devenir Léo Mare. L’aide financière de la fédération Nationale Léo Lagrange permet de racheter du matériel en compensation de celui parti avec l’autre moitié des membres, et de repartir de plus belle pour écrire encore une nouvelle page de l’histoire de l’association.

 

Ce nouveau chapitre s’étend sur une période de dix années, 1984/1994.

Le Club va retrouver très vite son régime de croisière. Dès 1985 de nouvelles formations moniteurs sont organisées pour satisfaire notre besoin en formateurs, ainsi que des sorties en mer et des sorties techniques pour les passages de brevets.
Bref en 1988 à la sortie du film « Le grand bleu » le club est prêt à faire face à l’explosion de la demande de la pratique la plongée. En 1990 100 adhérents dont 15 moniteurs y sont inscrits. Cette vitalité va nous servir. En effet notre maison mère Léo Lagrange 18ème commence à vivre une période difficile et perd progressivement une partie de ses activités. La section plongée, elle, continue de progresser. En 1992 Léo Lagrange 18ème n’existe plus qu’à travers la section plongée. Pire nous perdons notre local, celui qui nous sert à entreposer et entretenir une partie du matériel, celui ou le vendredi soir après l’entrainement les adhérents se retrouvent pour manger un morceau et discuter entre eux.
De 1992 à 1994 il y a beaucoup de discutions pour trouver la meilleure des solutions pour sortir de la turbulence que traverse l’association.
Faut-il continuer tel quel ? Faut-il recréer une autre association ? Le débat va quelque peu perdurer dans le temps. Avantages, inconvénients de telle ou telle possibilité sont toujours discutés ; et les discussions sont parfois animées.
Finalement la bonne solution sera trouvée. Celle qui permet au club d’être ce qu’il est aujourd’hui. En 1994 l’AG extraordinaire décide de modifier deux articles des ses statuts.

  1. Le Club de Loisir Léo Lagrange du 18éme devient Club Léo mare ex Club de loisir Léo Lagrange du 18ème.
  2. Le club Léo Mare est affilié à la FNLLg.

Pour le reste ce n’est pas encore de l’histoire mais de l’actualité.